18-10-2017 | Mis à jour à 18:40:06s
ACTUALITÉ -
Maroc : les autorités arrêtent un "partisan" de l'EI lié à une cellule française

(www. 3p-plus.net) Cet homme "servait d'agent de liaison entre le commandement des opérations extérieures" de l'EI et une personne de la cellule française démantelée

 « À la suite du démantèlement par les services de sécurité français en date du 19 novembre 2016 d'une cellule terroriste affiliée à l'organisation dite État islamique, le bureau central d'investigations judiciaires a arrêté un élément dangereux partisan » de l'EI, a indiqué dans un communiqué le ministère marocain de l'Intérieur, samedi 3 décembre.

Un « partisan » du groupe État islamique (EI) qui servait d'agent de liaison avec une cellule accusée d'avoir voulu commettre un attentat le 1er décembre en France  a été arrêté au Maroc. Cet homme, dont l'identité n'a pas été dévoilée, « servait d'agent de liaison entre le commandement des opérations extérieures » de l'EI basé dans la zone irako-syrienne et une personne de la cellule française démantelée, selon les autorités marocaines. Il a rencontré des émissaires de l'EI « à la frontière entre la Turquie et la Syrie  qui lui ont communiqué des instructions du commandement de Daech (acronyme arabe de l'EI) pour les transmettre à l'un des éléments arrêtés sur le territoire français qui préparaient des attaques terroristes », poursuit le ministère de l’intérieur 

Un attentat déjoué

Un attentat « envisagé de longue date » et qui aurait visé une cible en région parisienne le 1e décembre avait été déjoué le week-end du 19 et 20 novembre en France avec l'arrestation de sept hommes à Strasbourg (est) et à Marseille (sud-est), avait affirmé le ministère français de l'Intérieur. Deux d'entre eux avaient ensuite été relâchés. Les cinq autres, quatre Français et un Marocain, avaient fait allégeance à l'EI, selon les enquêteurs français. Le procureur de la République de Paris, François Molins, avait indiqué le 25 novembre que ces hommes étaient en contact avec « un donneur d'ordres dans la zone irako-syrienne ».

Il y a près d'un an, un renseignement émanant du Maroc avait mis les enquêteurs français sur la piste d'Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et tué cinq jours plus tard lors d'un assaut de la police en banlieue parisienne. Vendredi, le ministère de l'Intérieur marocain avait annoncé l'arrestation de huit personnes soupçonnées de préparer des attentats au Maroc en lien avec les extrémistes de l'EI.

Source AFP 




Commentaires





Maroc : les autorités arrêtent un "partisan" de l'EI lié à une cellule française

Présidentielle française de 2017 : Hollande ne sera pas candidat

Immersion au sein de l’équipe dirigeante de GUICOPRESS à Paris

La SMB-WAP et l’Etat Guinéen, signent un accord de 5 millions de dollars, à Conakry

Adama Barrow, à la tête de la Gambie

Interview Exclusive de Sa Majesté le Roi Mohammed VI

Guinée: La bauxite au cœur de la nouvelle Stratégie de coopération Internationale

En toutes lettres Monénembo au « Bled » ou Prométhée apaisé

Hôtellerie: Onomo Hôtel à Conakry, le Président Alpha Condé lance les travaux de l’infrastructure

Guinée-Conakry : protocole d’accord pour la construction du barrage hydroélectrique de Souapiti

Nouvelle organisation au sein d’Orange Bruno Mettling sera nommé Directeur Général Adjoint, en charge de la zone...

Guinée-Conakry : l’opposition réclament le report du scrutin présidentiel au 18 octobre.

Ouagadougou: le numéro 2 du MNLA a été brièvement interpellé jeudi soir.

Burkina Faso: le général Diendéré se rend aux autorités de son pays, et les enquêtes avancent, selon une source...

Guinée – 2 octobre : Discours à la nation du Président Alpha Condé

TOUTE L'ACTUALITÉ À LA UNE


En Images


Meteo Conakry
Copiryght 2013 © Tout droits reservés 3pplus.com - Designed by electro-times.com