18-10-2017 | Mis à jour à 18:39:14s
ACTUALITÉ - LES INVITES DE 3P-PLUS
INTERVIEW DE SALEH EDDINE MEZOUAR MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU MAROC
« Sa Majesté, depuis son intronisation a crée une véritable dynamique de développement qui touche l’ensemble des territoires, un développement qui est orienté vers les citoyens pour les citoyens ». 3p-plus Magazine : Monsieur le Ministre vous êtes le chef de la diplomatie marocaine cette diplomatie est active et très dynamique. Pour Preuve, lors de la dernière visite de Sa Majesté le roi Mohamed VI aux Etats Unis d’Amérique, pour consolider les liens stratégiques et historiques unissant les deux pays le « Marocco Caucus » au congrès américain a réitéré son ferme soutien à la promotion d’autonomie au Sahara occidental et il a rappelé la position inchangée de l’administration américaine. Aussi, les anciens ambassadeurs américains à Rabat ont quant à eux fait savoir la même Vision des Etats-Unis pour le futur du Sahara. N’est-ce pas là les résultats ou les fruits du dynamisme et de la constante de la diplomatie marocaine ? Saleh Eddine Mezouar : Ecoutez d’abord, ça confirme essentiellement le sérieux de l’approche marocaine, la crédibilité de la démarche, la dimension en terme de responsabilité, mais aussi, en terme de proposition pour dépasser une situation qui a été totalement inventée au niveau de la région. C’est une confirmation comme je l’ai dit que la proposition d’autonomie marocaine est une proposition sérieuse, crédible qui constitue également une base sérieuse pour une solution politique mutuellement acceptée. Cette affirmation dans le contexte de la visite est venue également contredire toutes les suppositions, toutes les manœuvres qui ont précédé cette visite et qui ont cherché à faire prévaloir que les Etats-Unis étaient sur une autre dynamique, une autre démarche. Je pense que le communiqué tel qu’il a été arrêté après par les deux parties en tout cas, confirme la position ferme des Etats-Unis, et confirme également que le Maroc qui est un pays sérieux, un pays actif, un pays qui bouge, un pays qui a une responsabilité qui l’assume au niveau de la région, un pays qui, de par sa démarche, de par son dynamisme est un partenaire sérieux et stratégique des Etats-Unis. 3p-plus Magazine : Parlant du Sahara, les provinces du sud représentent 59% du territoire marocain avec une population équivalente à 3,2%, l’Etat contribue à plus de 53% de son PIB. Aujourd’hui le développement économique de ces provinces du sud se fait à un rythme croissant poussant ainsi son PIB en croissance de 10% par an, alors le Maroc veut –il résorber ou résoudre définitivement l’histoire du Sahara occidental par un développement accru des provinces du sud ? Saleh Eddine Mezouar : C’est une constante dans la politique du Maroc ; Sa Majesté, depuis son intronisation a crée une véritable dynamique de développement qui touche l’ensemble des territoires, un développement qui est orienté vers les citoyens pour les citoyens. Je crois que ce qui a été fait dans les provinces du Sud est animé par cette vision là. D’ailleurs, on ressent le dynamisme au niveau de l’ensemble du territoire marocain en tout cas, au niveau de la majorité des territoires du pays à travers les initiatives, à travers la création et la capacité de création des richesses, mais également à travers un travail de fond au niveau de la société pour développer les activités génératrices de revenus pour sortir les gens de la pauvreté pour véritablement faire du citoyen le centre et le cœur de toute la politique de développement du pays. Donc, effectivement, les territoires du Sud du Maroc, le Sahara Marocain, sont des territoires qui ont accédé à l’indépendance 20 ans après l’indépendance du pays. Il y avait un retard du développement, je dirais une inexistence quasiment d’infrastructures, des conditions de vie, de dignité pour les populations du Sahara, le Maroc a dû investir beaucoup pour le processus de rattrapage et pour apporter une réponse concrète aux besoins des populations, c’est ce qui a fait qu’effectivement au niveau du budget de l’Etat, beaucoup de ressources ont été consacrées, beaucoup d’effort ont été consacrés pour le développement des provinces du Sud de telle manière aujourd’hui, effectivement la moyenne de développement au niveau des provinces du Sud est supérieure à la moyenne nationale. Vous voyez, c’est tant mieux pour ces régions, c’est tant mieux pour l’ensemble du pays. 3p-plus Magazine : Dernièrement la mise en place des procédures exceptionnelles de l’égalisation de nombreux sans papiers installés au Maroc n’est–elle pas l’expression des droits humanitaires et des droits de l’homme dont le royaume chérifien en fait un crédo ? Saleh Eddine Mezouar : C’est l’expression effectivement des droits humains tel que voulu par Sa Majesté, tel que le Maroc est entrain de le vivre et le citoyen marocain est entrain de le vivre. Vous savez un moment où l’Europe se barricade, un moment où l’Europe rejette, Sa Majesté a tenu à faire passer un message fort. D’abord de dignité pour les gens, ensuite d’humanisme et d’humanité, le processus de régularisation est aussi un message pour dire que le Maroc ne tourne pas le dos à ses frères et à tous ceux qui ont fait le choix du Maroc comme destination. Nous sommes entrain de parler d’une régularisation qui varie entre 25.000 et 40.000 pour beaucoup, ça c’est énorme pour un pays qui n’a pas les ressources nécessaires, les moyens nécessaires pour assurer cette intégration. Mais on assume notre responsabilité. Le Maroc est un pays transit, c’est devenu ainsi un pays d’installation et donc ce que nous avons fait c’est tout simplement de répondre à une réalité et faire de sorte que le message qui est passé à travers le Maroc, qui est le premier pays du Sud qui fait ce type de démarche, c’est que dans le contexte des réalités de l’immigration et des difficultés qui sont vécues dans un certain nombre de pays qui poussent les enfants de ce pays à rechercher d’autres espaces pour leur vie que le Maroc assume ses responsabilités vis-à-vis de ces populations là ; et que le Maroc qui est un pays d’ouverture, un pays de tolérance, un pays d’intégration l’exprime de cette manière. 3p-plus Magazine : Le Maroc est élu au sein du Conseil des Droits de l’Homme pour trois ans Est-ce que cette élection au sein de cet organisme onusien est consécutive au respect des droits de l’homme sur tout le territoire du royaume et la prise en compte des droits humanitaires au Maroc ? Saleh Eddine Mezouar : Cette question des droits de l’homme revient souvent. C’est une campagne orchestrée pour donner une image que le Maroc est un pays qui ne respecte pas les droits humains et que c’est un pays de répression. Le Maroc est un pays qui a fait le choix d’assumer ses choix. Le Maroc a fait le choix de la démocratie, il a fait le choix des valeurs universelles. Il a fait le choix des droits de l’homme, il a fait le choix de la liberté, il a fait le choix des libertés, il a fait le choix de la dignité et quand on fait ces choix, il faut les traduire. C’est ce que nous avons fait. Les traduire dans les faits, les droits démocratiques, les droits économiques, les droits sociaux, les droits politiques et tout ça est un processus qui est entrain de se développer d’une manière sérieuse dans notre pays. On est un pays qui est apaisé parce qu’on a tourné des pages. Le Maroc a vécu un moment fort de son histoire, c’était au moment de l’instance ‘’Equité et Réconciliation’’. Quand d’anciens prisonniers politiques et leurs familles sont venus s’exprimer publiquement devant la télévision, c’était un moment fort de l’histoire du pays. C’était aussi un tournant important pour que tous les marocains regardent l’avenir, regardent vers l’avenir et ne continuent pas à regarder le passé. On ne peut pas construire une société apaisée sans amener les différentes composantes de la société à s’orienter vers l’avenir, c'est-à-dire vers la construction. C’est ce processus là qui a fait un changement énorme à un autre moment fort de la vie politique marocaine, c’est quand il y a eu le débat sur la femme, le rôle et la position de la femme et Sa Majesté a tranché. La femme a un rôle, elle est respectée, elle est reconnue par la Constitution. La Constitution a confirmé le principe de la parité et des droits. Donc, nous sommes un pays qui est entrain de vivre ces moments forts intenses, importants de son histoire et dans ce combat là, les Marocains sont déterminés à ne plus revenir vers le passé. Donc, quand il y a cette propagande pour dire que le Maroc bafoue les droits de l’homme parce que quand il y a manifestation dans les territoires du Sahara ; il y a quelques…..on sait comment la manipulation se fait. On sait comment les provocations se font. Mais si on considère que le droit est appliqué à l’ensemble des citoyens de la même manière ; il n y a pas de citoyen de première zone et de seconde zone et donc ce qui est dit dans la loi doit être respecté par tout le monde vis-à-vis de la loi. On sait qu’il y a une propagande, des marches pour donner une image du pays qui n’est pas l’image réelle, je peux vous assurer que le Maroc avance, le Maroc progresse, il le fait avec conviction, il ne le fait pas pour la consommation extérieure, parce que quand on fait quelque chose pour la consommation extérieure, ça tient pas, personne n’y croit, or, le Maroc est déterminé à avancer dans la construction d’une société de droit, une société juste, une société de développement, une société où l’ensemble des citoyens se retrouve avec un Etat qui assure leur sécurité, mais aussi, des citoyens qui assurent également la sécurité de l’Etat. C’est dans cette dynamique que nous avançons. Je crois que le fait que le Maroc ait été élu est tout simplement une reconnaissance parce que ça confirme en fait que les gens ne sont pas dupes. 3p-plus Magazine : Monsieur le Ministre, le Maroc entretien des relations de premier ordre avec les pays au sud du Sahara il développe, une solidarité agissante à travers une coopération Sud-Sud de grande envergure. Aussi, le Maroc participe-t-il au sein des forces onusiennes du maintien de la paix en Afrique, comme : En RDC en Côte d’ivoire et en Centrafrique, mais bien que membre fondateur de l’OUA, l’ancêtre de l’Union Africaine, le Maroc n’est plus membre de l’UA. Eu égard à toutes ces actions élucidées plus haut le citoyen lambda ne comprend pas cette absence de votre pays au sein de l’UA. Pour mieux édifier la lanterne des jeunes africains, peut – on connaitre les raisons fondamentales de cette absence et les exigences du Maroc pour un retour au sein de cette organisation continentale ? Saleh Eddine Mezouar : Effectivement le Maroc est fondateur de l’OUA. Le Maroc a toujours soutenu les mouvements de libération en Afrique. Le Maroc a toujours été à côté de ses frères africains. Maintenant, cette organisation a bafoué un principe fondamental qui est celui du respect de l’intégrité à travers l’acceptation de l’intégration au sein de l’organisation de l’Unité Africaine (OUA) d’un soit disant Etat, qui n’est reconnu que par un petit groupe. Le fait de mettre le Maroc devant un fait accompli a été comme une trahison également par rapport à cette question de son intégrité territoriale. Maintenant, effectivement trente ans après, on constate que cette soit disant République n’existe pas et n’est pas reconnue au niveau des Nations Unies et ça devrait interpeller les Etats africains qui ont fait cette démarche il y a trente ans. Grâce à Dieu, beaucoup de pays se sont rendus compte de leurs erreurs et ont fait marche en arrière. Aujourd’hui, il y a quatre petits groupuscules à l’intérieur de l’Union Africaine qui continuent à soutenir cette thèse de séparation du territoire du Sud du Maroc. Ce que nous espérons naturellement c’est que l’Union Africaine revienne à sa sagesse et laisse le processus ONUSIEN se faire, on ne peut pas reconnaitre un Etat qui n’est pas reconnu par les Nations Unies. On ne peut pas continuer à soutenir une situation anachronique à un moment où, il y a un processus ONUSIEN qui cherche une solution politique mutuellement acceptable auprès des parties. Le Maroc aurait pu ne pas évoluer comme l’ont fait les autres. Il aurait pu refuser toute discussion autour de son intégrité territoriale, mais le Maroc a fait le geste nécessaire parce que le Maroc regarde l’avenir, regarde la stabilité de la région, la prospérité de la région, regarde les dimensions qui touchent aux êtres humains, aux familles. Donc, il a fait cette proposition d’autonomie au niveau des territoires du Sud pour justement donner une perspective, une solution. Malgré cela, on continue au sein de l’Union africaine à alimenter les mêmes propagandes. On est resté figé sur les schémas de la guerre froide et des périodes de velléités des soit disant puissances régionales qui voulaient s’affirmer ; or, les temps ont changé. On est dans un monde différent. Nous sommes dans une région qui a besoin de stabilité, de prospérité. Nous avons besoin de construire ensemble et pour cela, il faut que la sagesse revienne. Nous espérons que nos frères africains puissent retrouver cette sagesse, revenir à la légalité, faciliter le processus ONUSIEN. Aider l’ONU à ce qu’elle avance dans la résolution de ce conflit artificiel et aider effectivement les populations du Sud du Maroc à se retrouver et que la stabilité revienne dans un processus naturel, normal qui est effectivement celui de la raison, de l’intérêt des Peuples, aussi bien du Maghreb et de la Région Sahélo Sahélienne qui ont besoin aujourd’hui véritablement de paix de stabilité et de développement. Propos recueillis par Mohamed Salifou KEITA


Commentaires





Maroc : les autorités arrêtent un "partisan" de l'EI lié à une cellule française

Présidentielle française de 2017 : Hollande ne sera pas candidat

Immersion au sein de l’équipe dirigeante de GUICOPRESS à Paris

La SMB-WAP et l’Etat Guinéen, signent un accord de 5 millions de dollars, à Conakry

Adama Barrow, à la tête de la Gambie

Interview Exclusive de Sa Majesté le Roi Mohammed VI

Guinée: La bauxite au cœur de la nouvelle Stratégie de coopération Internationale

En toutes lettres Monénembo au « Bled » ou Prométhée apaisé

Hôtellerie: Onomo Hôtel à Conakry, le Président Alpha Condé lance les travaux de l’infrastructure

Guinée-Conakry : protocole d’accord pour la construction du barrage hydroélectrique de Souapiti

Nouvelle organisation au sein d’Orange Bruno Mettling sera nommé Directeur Général Adjoint, en charge de la zone...

Guinée-Conakry : l’opposition réclament le report du scrutin présidentiel au 18 octobre.

Ouagadougou: le numéro 2 du MNLA a été brièvement interpellé jeudi soir.

Burkina Faso: le général Diendéré se rend aux autorités de son pays, et les enquêtes avancent, selon une source...

Guinée – 2 octobre : Discours à la nation du Président Alpha Condé

TOUTE L'ACTUALITÉ À LA UNE


En Images


Meteo Conakry
Copiryght 2013 © Tout droits reservés 3pplus.com - Designed by electro-times.com